Sunday Pingui.

BuseslaMinaAlberto Caballero.

“Rien n’avait d’importance. Rien de tout cela ne lui importait : cela le laissait au contraire, absolument indifférent. Et même, il était indifférent à sa propre indifférence. ”

” Cela fut d’abbord la perception précise et spongeuse d’une douleur qui lui remplissait la tête. Ensuite, l’idée vague qu’on devait être dimanche. Ensuite la certitude qu’il n’yavait pas des cigarettes à la maison… Il avait une gueule de bois toute gonflée des paroles : une fange de paroles, un magma épais, puant, corrompu, visqueux, limoneux, un bourbier de mots ”

” Impeccable, ce passage de “je” au ” on “, de l’individuel au social, de quantitatif au qualitatif. ”

” A quoi sert d’avoir compris que pour appliquer les règles il faut étudier les règles s’il n’y a pas des règles ? “

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: